La réduction mammaire

Hypertrophie mammaire

La réduction mammaire

Mal vécue, l’hypertrophie mammaire est une plainte réelle allant au-delà du simple souci esthétique.

Un surplus pondéral de 800 g sur la poitrine entraîne des douleurs cervico-mammaires et une attitude voûtée ; l’hypertrophie mammaire n’est pas une entité pathologique mais anatomique.

Le désir de correction de cette anomalie est fréquent quoique sujet à des craintes quant aux résultats morphologiques, à notre avis justifiées car le meilleur côtoie souvent le pire.


Réduction mammaire : technique en arche et à cicatrice verticale.

Il existe 3 types d’hypertrophie mammaire qui peuvent être associées à d’autres anomalies :

  • l’hypertrophie mammaire glandulaire pure
  • l’hypertrophie mammaire graisseuse pure
  • l’hypertrophie mammaire mixte

A cette pathologie peuvent s’associer :

  • une tumeur bénigne type fibro-adénome du sein identifiable chez la femme jeune par des douleurs pré-menstruelles
  • une assymétrie vraie gênante pour l’habillement
  • une véritable dystrophie mammaire invalidante chez la jeune fille Le type de glande hypertrophique est déterminé cliniquement.

L’intervention peut se justifier :

  • si l’hypertrophie mammaire gêne la pratique du sport
  • si elle entraîne une cyphose dorsale précoce sur un squelette en formation
  • si il existe des difficultés d’insertion psycho-sociale à l’intérieur de l’école

A l’opposé, l’hypertrophie mammaire graisseuse se rencontre plus tardivement en dehors du contexte de l’obésité.
Au cours de la vie génitale, la glande subit progressivement une involution adipeuse, le poids mammaire met en péril la statique rachidienne.

Une arthrose cervico-dorsale est plus douloureuse dans ces cas.
Une plainte pour des douleurs rachidiennes ou scapulo-humérales imposent l’examen du buste de la patiente avant de prescrire une thérapeutique antalgique.

Nous avons la particularité d’avoir mis au point une technique qui supprime la cicatrice horizontale sous mammaire pour laisser seulement place à une cicatrice verticale de 5 à 6 cm.

L’intervention de réduction mammaire dure 1H30 et l’hospitalisation est de 2 à 5 jours maximum.
Des soins par une infirmière seront réalisés tous les 3-4 jours.
Les fils seront ôtés vers la 3ème semaine.
Un suivi post-opératoire à 2 mois, 6 mois et 1 an est indispensable ainsi que des mammographies au-delà de 45 ans.

Ciblez votre problématique
Partager sur :